Parrêsia

Conception et Mise en scène : Jack Souvant

  Parrêsia, est un dispositif imaginé pour se parler dans l’espace public. A travers une scénographie mobile et ludique, une conversation se tisse autour d’un sujet défini à l’avance, en prise avec notre quotidien. Se rencontrer à travers la parole et l’écoute, c’est d’abord se voir se (re)voir, savoir qui est là maintenant autour d’un espace qui rassemble parce qu’on y a installé un micro, micro qui transmettrait des mots des idées, des opinions, des paroles. Un espace que l’on voudrait reproductible et permanent. Un espace en dehors de la contestation et de la célébration, un espace de réflexion

A travers l’art nous créons un espace inouï dans la ville, une situation propre à l’écoute comme à l’inattendu.

Une zone d’improvisation démocratique.

Des comédiens initient l’expérience et accompagnent le spectateur jusqu’au seuil de la décision d’aller s’exprimer. Autant ils initient le mouvement de prendre la parole autant ils vont la chercher ou la donner. Les comédiens rapportent aussi les récits recueillis dans le public pour ceux pour qui s’exprimer en public pour la première fois serait inabordable.

Entendre ceux qu’on n’écoute jamais 

Et puis tout se délie, on se rassure, on s’affirme on se différencie, on s’exprime. Le public assiste, écoute et puis prend part, se mélange, se sépare, se découvre. Un public ? Un peuple ? Un groupe ? Un couple ? Une famille? Des solitudes qui mesurent les écarts entre eux, et les variations d’une pensée en action au présent, en direct.

Nous nous produisons dans des festivals de théâtre de rue , à l’improviste sur les places , à l’invitation des villes , des quartiers, parce que nous pensons que la parole incarnée, récurrente dans l’espace public physique d’une ville est fondamentale.

Nous savons que la pensée prends du temps pour se construire et pour se traduire, c’est pour cela que nous croyons en la permanence, la répétition régulière de ce dispositif. Une pratique, un entraînement pour apprendre à se questionner ensemble et à entendre la parole, le témoignage, l’expérience de l’autre. Car c’est inouï de se réunir et de se parler sur une place commune, hors des cercles intimes de nos connaissances, inouï de se (re)connaître, inouï de mélanger nos (co)naissances. D’imaginer le commun et l’universel. Alors à la frontière de l’art , de la conversation , de la politique voici une forme qui s’inscrit sur notre place publique et qui nous exerce à la démocratie.

Résidence – « PARRÊSIA #2 » Collectif Bonheur Intérieur Brut from Le Fourneau on Vimeo.

Parrêsia est un triptyque sur place publique.

Parrêsia #1  Annoncer 

Création Festival des Invites Villeurbannes Juin 2017

Place poétique, place pour se (re)voir, et écouter.

Se redécouvrir à travers la description du réel , de l’observation du présent.

Qui est là ? Qui fait public et qu’est ce qui fait place?

Un grand poème urbain, une parole immédiate.

Micro ouvert.

Co-production : CNAREP l’Usine, à Tournefeuille / Toulouse Métropole – CNAREP Les Ateliers Frappaz à Villeurbanne, Ville de Vincennes
Soutien à la production : Fondation Écart Pomaret, Conseil départemental du Val-de-Marne, Région Île-de-France, DRAC Île-de-France, DGCA, Spedidam, Adami
Accueil en résidence : Coloco&Co – Place de la Nation

 

 

Parrêsia #2 – l’écart – 

Une réflexion sur comment exercer une parole libre et le désir de société. Une recherche autour de l’écoute, la liberté de parole et les différentes formes du langage dans l’élaboration des idées.

Qui prend la parole? Pour dire quoi ? à qui ?

Capture d_écran 2018-05-11 à 22.41.02

Capture d_écran 2018-05-08 à 18.27.00

Coproduction : Le CNAREP sur le Pont à La Rochelle, La Lisière, le CNAREP le Fourneau à Brest, le CNAREP Les Ateliers Frappaz à Villeurbanne, Lieux Publics – Centre national de création en espace public
Soutien à la production : DGCA et SACD/ Écrire pour le rue 2017, la Région Ile-De-France, la DRAC Ile-De-France, l’Adami et la Spedidam.

 

 

Parrêsia #3 – sortie prévue été 2022

Renoncer à la perte de cet espace public, renoncer à cette possibilité de perdre notre liberté de parole. Une création chorégraphique, sculpturale avec le public et les acteurs au centre de l’espace, réunit comme un seul corps. Du corps à corps au mot à mot. Du mot corps au corps mots.

place-publique-3

Micro ouvert.